Marcel Cerf est né le 4 octobre 1911 à Versailles et mort le 1er janvier 2010 à Paris. Membre de l’Académie d’Histoire dont il a dirigé les Cahiers, il se consacre, après cinq années de captivité en Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale, à l’histoire de la Commune de Paris. En 1950, il adhère aux « amis de la Commune de Paris » et occupe un place de premier plan dans cette association.

''Maxime Lisbonne est incorporé à la Garde nationale. Il est très vite élu capitaine du 24e bataillon. Avec son unité, il se signale à Fontenay, à Arcueil, à Buzenval, au fort de Montrouge et à Bagneux. Son colonel, qui a remarqué sa belle conduite au combat, veut le faire décorer. Lisbonne refuse. Il réclame des récompenses uniquement pour les citoyens blessés à ses côtés. Ici se situe sa noble profession de foi : « Le Républicain dévoué, convaincu, ne doit voir dans le sacrifice de sa vie qu’un devoir qu’il accomplit, et non pas une voie ouverte à son ambition. » Las ! en dépit de tant de sacrifices, les désastres s’accumulent. Le 22 janvier 1871, les Républicains tentent, derechef, de renverser le gouvernement. Cette tentative est réprimée. La fièvre patriotique, toutefois, ne se calme pas. !Mais nonobstant cette fièvre générale, ce sentiment unanime de la nation, la capitulation de Paris est signée, le 28 janvier 1871, par Jules Favre, après quatre mois et douze jours d’un siège mémorable et terrible.''