HUSSERL, la légalité du vécu

par Nicolas Dittmar

L’objectif de ce recueil est de retracer la genèse de la phénoménologie transcendantale de Husserl en nous penchant sur ses premiers écrits, la Philosophie de l’arithmétique et les Recherches logiques. Cet angle d’analyse permet d’examiner les problèmes fondamentaux de la phénoménologie, en particulier à travers les concepts mathématiques de nombre et de quantité, ce qui nous conduit dès le départ à poser la question de la subjectivité dans la constitution de toute connaissance et introduit le motif de l’intentionnalité. Ce cadre étant posé, nous pouvons développer la critique centrale du psychologisme dressée par Husserl et analyser les autres concepts fondamentaux de la phénoménologie comme ceux de la réduction, de l’évidence et de l’intuition, qui apparaissent dans L’Idée de la phénoménologie et, plus tard, dans les Ideen. Le présent travail se veut donc une récapitulation et une synthèse de la méthode phénoménologique et de la dimension transcendantale de la conscience qu’elle permet de mettre au jour. Nous espérons par là contribuer à réhabiliter, non seulement le sensible dans la sphère de la ratio, mais plus fondamentalement la subjectivité humaine telle qu’elle peut apparaître dans son rôle de constitution du sens et de liberté individuelle.



''Nicolas Dittmar, Docteur en Sciences de l’Education et titulaire d’une maîtrise de philosophie obtenue avec mention à l’Université de Nantes, consacre sa réflexion aux études simondoniennes. Il est l’auteur de l’Europe et ses minorités : quelle intégration ?, et de plusieurs articles dont « Simondon et Patocka : les sujets du monde », paru chez Contrepoint philosophique, et « Au fil des affects : Spinoza et Simondon », paru dans la revue philosophique Klesis.''